Association DALO

Faire un don
Bouton menu

La permanence Suivis DALO de Paris

La Permanence Suivis DALO est une permanence inter-associative qui assure l’accompagnement des demandeurs parisiens pour l’ensemble des recours contentieux liés à la procédure DALO.

Vous pouvez solliciter cette permanence, après avoir obtenu une décision de la Comed pour :

 contester une décision de rejet qui vous semble infondée (recours gracieux et recours pour excès de pouvoir)

 obtenir la mise en oeuvre d’une décision favorable (recours en injonction et recours indemnitaire).

L’Association DALO pilote cette permanence associative qui mobilise quatre autres associations, engagées dans la lutte pour le logement des personnes défavorisées : la Fondation Abbé Pierre, la Fondation Casip Cojasor, l’association Droits et Habitat et le Secours Catholique.

Les permanences ne sont pas assurées au mois d’août.

ATTENTION : A Paris, nous constatons, actuellement, un délai de 4 mois entre le passage en commission de médiation et l’envoi des décisions.


Les Actualités de l'association

Le logement est un droit, il ne se mérite pas.
Publié le 22 mai 2024
Le ministre du logement s’est récemment déclaré prêt à introduire dans la loi des dispositions permettant permettant d’expulser des logements sociaux les familles d’enfants délinquants. Déjà, l’été dernier, on avait entendu le ministre de l’Intérieur se vanter d’avoir expulsé de leur logement (...)

Lire la suite

Le DALO n’est pas le « dernier recours », il est le seul !
Publié le 7 avril 2024
On entend souvent cette phrase : « Le DALO est le dernier recours ». Ceux qui la prononcent en déduisent aussitôt que la personne en difficulté de logement devrait, avant de déposer un recours DALO, avoir « épuisé les voies du droit commun ». On voit ainsi des commissions de médiation (...)

Lire la suite

Handicap et recours DALO : appliquer la loi sans attendre !
Publié le 19 mars 2024
En février 2022, le législateur ouvrait le recours DALO aux personnes vivant dans un logement inadapté à leur handicap ou à celui d’une personne à charge. Il s’agissait de remédier à une anomalie car ce motif de recours n’avait pas été explicitement mentionné dans le texte initial de la loi (...)

Lire la suite