Association DALO

Faire un don
Bouton menu

Notre gouvernance

Le Bureau

  • Président : Bernard LACHARME
  • Vice-Président : André GACHET
  • Secrétaire : Marie GAFFET
  • Trésorier : Jean-Michel DAVID
  • Membre : Mary LEMELAND
  • Membre : Yves BAISE

Les membres du Conseil d’administration

  • Yves BAISE
  • Louise CHAMAGNE
  • Jean-Michel DAVID
  • André GACHET
  • Marie GAFFET
  • Caroline GERARD
  • Bernard LACHARME
  • Mary LEMELAND
  • Aline OSMAN-ROGELET
  • Julien QUIENE
  • Habitat et humanisme, représentée par Philippe PELLETIER
  • FAS, représentée par Gilles PIERRE (titulaire) et Emmanuel BOUGRAS (suppléant)
  • FAS Océan indien, représentée par Kamala TACUN
  • AMPIL, représentée par André GACHET
  • ALPIL, représentée par Coralie ROZE (titulaire) et Coline GOOSSENS (suppléante)
  • Collectif Handicaps, représenté par Arnaud DE BROCA (titulaire) et Nicolas Merille (suppléant)
  • Réseau Hospitalité représenté par Margot BONIS

Les Présidents d’honneur

  • Xavier EMMANUELLI
  • Paul BOUCHET (décédé)

Les Actualités de l'association

Le logement est un droit, il ne se mérite pas.
Publié le 22 mai 2024
Le ministre du logement s’est récemment déclaré prêt à introduire dans la loi des dispositions permettant permettant d’expulser des logements sociaux les familles d’enfants délinquants. Déjà, l’été dernier, on avait entendu le ministre de l’Intérieur se vanter d’avoir expulsé de leur logement (...)

Lire la suite

Le DALO n’est pas le « dernier recours », il est le seul !
Publié le 7 avril 2024
On entend souvent cette phrase : « Le DALO est le dernier recours ». Ceux qui la prononcent en déduisent aussitôt que la personne en difficulté de logement devrait, avant de déposer un recours DALO, avoir « épuisé les voies du droit commun ». On voit ainsi des commissions de médiation (...)

Lire la suite

Handicap et recours DALO : appliquer la loi sans attendre !
Publié le 19 mars 2024
En février 2022, le législateur ouvrait le recours DALO aux personnes vivant dans un logement inadapté à leur handicap ou à celui d’une personne à charge. Il s’agissait de remédier à une anomalie car ce motif de recours n’avait pas été explicitement mentionné dans le texte initial de la loi (...)

Lire la suite