Association DALO

Une composition ouverte à tous les acteurs du droit au logement

La composition du Comité de suivi isèrois s’inspire de celle du Comité national de suivi et reflète la diversité des membres du Conseil social de l’habitat. Il est ouvert à tous ceux qui partagent le même objectif de mise en œuvre du droit au logement.

Il regroupe,

  • des associations d’insertion (Soliha, structures d’hébergement, collectif FAS, associations dont l’objet est l’insertion par le logement….),
  • les associations de locataires
  • les principaux bailleurs sociaux du Département
    des représentants des collectivités locales (communes et EPCI  ).

Participent au Comité de suivi plusieurs personnes qui représentent l’une ou l’autre de ces structures à la Commission de Médiation, ce qui représente un atout précieux pour les travaux du Comité.


Les Actualités de l'association

image par defaut
La fin de la trêve hivernale porte atteinte au droit au logement
Publié le 10 juillet 2020
Ce vendredi 10 juillet est marqué par la fin de deux mesures liées à la crise sanitaire : la prolongation de la trève des expulsions locatives, qui court habituellement du 31 octobre au 31 mars, et celle de l’ouverture de capacités d’hébergement supplémentaires. À croire que l’accalmie constatée dans la (...)

Lire la suite

Accès au logement social : des propositions associatives
Publié le 30 juin 2020
Engagé à l’initiative de six associations (ATD Quart monde, Fondation Abbé Pierre, Secours Catholique, Habitat et humanisme, Solidarités nouvelles pour le logement et Association DALO), un travail de recherche met en évidence les difficultés particulières rencontrées par les personnes les plus pauvres (...)

Lire la suite

image par defaut
Le droit au logement face au virus de l’indifférence
Publié le 29 juin 2020
La France peut s’honorer d’avoir une des législations les plus avancées en matière de droit au logement. La loi DALO a désigné l’État comme garant de sa mise en œuvre. Elle a ouvert aux citoyens mal logés des voies de recours, y compris devant les tribunaux. Et pourtant, quatre millions de personnes (...)

Lire la suite