7 juillet 2018

Pour une République réellement fraternelle

Le Conseil constitutionnel a rendu une décision fondatrice. Saisi par des citoyens jugés pour avoir aidé des migrants, il a mis fin au « délit de solidarité » qui permettait de faire condamner une personne ayant aidé des étrangers en situation irrégulière. C'est en se réferrant au principe de « fraternité », inscrit dans la devise républicaine à côté de la liberté et de l'égalité, que le Conseil constitutionnel a pris sa décision : « La fraternité est un principe à valeur constitutionnelle ».

Trop souvent, on évoque les « valeurs » de la République de façon purement rhétorique, oubliant leur contenu et les exigences dont elles sont porteuses. Il est bon que le Conseil constitutionnel ait rappelé que la fraternité est une valeur de la République, mais il est préoccupant de constater que l'on en a eu besoin de ce rappel.

Car si la fraternité est une valeur de la République, elle ne concerne pas uniquement les citoyens de bonne volonté, elle doit aussi être placée au cœur de l'action publique. La République est-elle fraternelle lorsqu'elle laisse des personnes à la rue, faute de mettre les moyens suffisants pour leur hébergement ? La République est-elle fraternelle lorsque, par insuffisance des aides au logement, par manque de logements sociaux, ou par absence de volonté dans l'application de la loi DALO, des personnes vivent des conditions d'habitat indignes ?

Il n'y a pas de fraternité sans solidarité.

    -- Le communiqué de presse du Conseil Constitutionnel du 6 juillet 2018

    -- La décision du Conseil Constitutionnel du 6 juillet 2018