8 juillet 2019

Alerte sur le droit à l'hébergement

Dans un courrier adressé aux ministres de l'Intérieur et du Logement, l'ensemble des fédérations et associations nationales d'insertion, dont l'Association DALO, expriment leur désapprobation d'une mesure demandant aux centres d'hébergement d'informer le ministère de l'Intérieur de la présence de demandeurs d'asile et de réfugiés.  
Les associations ne croient pas à l'objectif affiché d'améliorer l'orientation de ces personnes. En réalité, les ministères disposent déjà des données nécessaires. Les seuls chiffres manquants pour adapter notre dispositif d'accueil sont ceux des personnes qui, faute de place dans les centres, vivent à la rue ou dans des campements de fortune. Alors que le dernier chiffrage de l'INSEE remonte à 2012,  aucun autre n'est programmé et les seules estimations disponibles résultent de l'initiative de municipalités (« Nuit de la solidarité » à Paris, Grenoble, Rennes, Metz..)
Les associations redoutent que l'objectif soit en réalité de faciliter le contrôle et l'expulsion des étrangers. 
« Le détournement de la finalité des missions des 115-SIAO aurait évidemment des conséquences dramatiques pour les personnes sans domicile fixe qui ne solliciteront plus ce numéro d'appel d'urgence ou quitteront les centres d'hébergement par crainte de mesures coercitives. »
Elles appellent les ministres à faire respecter le principe légal d'inconditionnalité et de continuité de l'hébergement de toute personne en détresse.
Lire le courrier aux ministres